Transport et sécurité

Guidage linéaire dans les transports : la sécurité avant tout

La mise en oeuvre de solutions linéaires dans le secteur des transports soulève un ensemble de problématiques spécifiques. Qu’il s’agisse d’applications destinées au ferroviaire, à l’aéronautique ou au transport routier, certains choix sont à privilégier tandis que d’autres sont plutôt déconseillés. Car dans ce domaine particulier, la présence récurrente de vibrations se conjugue avec poussières et pollutions, sur fond de haut niveau de sécurité pour l’usager.

De façon générale, le choix d’un système de guidage linéaire devrait résulter d’une réflexion approfondie face à la multiplicité des technologies et des solutions existantes. Mais le domaine du transport – et tout particulièrement quand il s’agit du transport de personnes –  apporte une exigence supplémentaire sur le plan de la sécurité. En effet, cet aspect reste un paramètre de tout premier plan dans le contrat qui lie le transporteur à l’usager. Notons au passage que la sécurité concerne aussi le personnel navigant ainsi que les équipes d’intervention sur les matériels, qu’il s’agisse d’entretien courant ou de  maintenance.

 

Ferroviaire : privilégier la robustesse du guidage linéaire

Dans le secteur du transport ferroviaire, les applications de guidage sont variées. Une première catégorie d’applications concerne l’accès aux rames. À titre d’exemple, citons les portes palières automatiques implantées sur le quai de certaines stations de métro, les portes extérieures des wagons (parfois dotées de marchepieds rétractables) ou encore les portes intérieures coulissantes.

Dans ce domaine, il importe de tenir compte d’un environnement très particulier : intempéries, pollutions diverses telles que les poussières de freins, qui sont particulièrement agressives… Un autre paramètre important est l’existence de vibrations susceptibles d’accélérer le vieillissement des organes : c’est une préoccupation d’ordre général, partagée par les différents modes de transports.

L’idée maîtresse est de privilégier la fiabilité et de préférer la robustesse à la sophistication et à la précision. Concrètement, on optera pour des guidages à galets, tout en délaissant  les solutions à billes, plus délicates et plus sensibles aux poussières. En effet, dans un mécanisme à billes, l’accumulation de poussières entre ces dernières est susceptible d’occasionner une rupture.

À l’évidence, il faut à tout prix éviter un tel dysfonctionnement majeur. Dans le pire des cas, la porte peut se décrocher et constituer un risque immédiat d’accident grave.

 

À découvrir sur le magazine : Maintenance ferroviaire : comment gagner en rapidité ?

 

Motrices : des batteries sur glissières télescopiques

Autre exemple d’application ferroviaire : l’utilisation de glissières télescopiques pour faciliter et sécuriser la maintenance des batteries d’accumulateurs des motrices. Ces imposantes batteries, d’une masse de près de 800 kilos, pourraient présenter un risque très sérieux de chute accidentelle lors de manipulation manuelle.

Leur installation dans des tiroirs munis de glissières télescopiques supprime cet aléa, et permet ainsi à un seul opérateur – en toute sécurité – de procéder à leur vérification voire à leur remplacement. Pour encore plus de sécurité, il existe en option des systèmes de verrouillage des glissières en position fermée ou en position ouverte.

 

Transport aéronautique : du matériel fiable mais léger

En ce qui concerne l’équipement de cabine destiné à l’aéronautique, la légèreté de chaque composant est au cœur du problème. Mais concernant les éléments de guidage linéaire, elle ne doit pas être privilégiée au détriment de la rigidité ou de la fiabilité.

Si l’on s’intéresse aux glissières télescopiques qui relient les sièges à la structure du plancher, la solution optimale sera d’utiliser un acier étiré. Ce dernier permet de conserver une excellente rigidité, pour un encombrement et un poids sensiblement réduits, en comparaison avec un acier embouti ayant les mêmes caractéristiques mécaniques.

Par ailleurs, le trempage par induction des pistes des glissières apporte un très net bénéfice en matière de durabilité et de résistance aux vibrations.

 

À lire sur le même sujet : Aéronautique : comment gagner encore en légèreté (et en coûts) ?

 

Véhicules spéciaux et aéroportuaires : unités linéaires et guidage à galets

Des solutions de guidage linéaire sont également implantées dans de nombreux véhicules spéciaux des pompiers, des services d’urgence, de la gendarmerie, etc. Dans ce type de véhicule qui abrite souvent de nombreux tiroirs et un matériel varié, l’utilisation de glissières télescopiques intégrées peut apporter un confort et une sécurité supplémentaires pour l’utilisateur en évitant le coincement des doigts lors des manipulations, les maux de dos…etc.

Autre exemple d’application : les véhicules aéroportuaires, de ravitaillement ou de transport de bagages, qui évoluent dans un environnement difficile mêlant températures extrêmes et vibrations. Leurs portes battantes, qui restent souvent ouvertes, sont soumises à de fortes contraintes, et c’est un contexte où le guidage à galets reste une solution privilégiée.

 

C’est encore ce mode de guidage qui a récemment été choisi dans le cadre du développement d’un prototype de véhicule autoroutier muni d’un robot pour la pose des cônes de signalisation. Cet article a répondu à vos questions ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Crédit photo : Rollon

Tags: ,

Un article publié par Antoine SALOMON

Responsable Régions Centre & Nord-Est